Exercice « anti-pollution » sur le site de l’urbanisation en mer : des acteurs réactifs

EXERCICE ANTI POLLUTION EXTENSION EN MER Michael Alesi Direction de la CommunicationMardi 11 juin au matin, un exercice anti-pollution a été organisé sur le chantier de l’urbanisation en mer. Le scénario fictif de cet exercice a consisté en une importante fuite d’huile hydraulique aux abords d’un navire, travaillant sur la pose de la carapace de protection de la ceinture de caissons.

Réalisé en temps réel, cet exercice était placé sous la Direction de la Division de Police Maritime et Aéroportuaire (DPMA) en association avec les services de l’État (Corps des Sapeurs-Pompiers et la Direction des Affaires maritimes, entre autres), les équipes de Bouygues Travaux Publics Monaco et ses sous-traitants, mais aussi la Société des Ports de Monaco, la mission URBAMER, ainsi que la SAM de l’Anse du Portier.



Sur le site, sept navires et une vingtaine de personnes ont été mobilisés. Une cellule de crise associant les services de l’État, URBAMER, les équipes de Bouygues TP et de la SAM de l’Anse du Portier s’est immédiatement mise en place. Elle a contrôlé la bonne coordination des opérations de lutte contre la pollution et assuré la cohérence des différents moyens, humains et matériels, déployés au cours de la crise.

Déroulé des opérations :

• Début de la crise à 9 heures 03 : un flexible de distribution d’huiles hydrauliques s’est rompu sur la barge Edmond (Trasomar), présente sur le plan d’eau.

• Déclenchement des procédures d’alerte, avec les différents intervenants et par ordre chronologique : Bouygues TP Mc, services de l’État (Police maritime, Direction des Affaires Maritimes, Sapeurs-pompiers) Société des Ports de Monaco, Mission Urbamer, Sam de l’Anse du Portier.

• 9 heures 15 : Entrée en action des équipes de la société Ecotank, qui est chargée par Bouygues TP mc d’une astreinte 24h/24h pour la lutte contre les pollutions éventuelles.

• Déploiement des barrages absorbants anti-pollution, au contact de l’écoulement d’huile hydraulique.

• Intervention des équipes sous-traitantes : deux binômes chargés de mettre en place des écrans en forme de « fer à cheval » ; ces équipes collectent d’éventuels rejets polluants.

• Sur le plan d’eau procédure « d’écrémage » des parties visqueuses des hydrocarbures, stockage des résidus sur une barge.

• Protection préventive des deux réserves des Spélugues et du Larvotto

• Fermeture des accès au Port Hercule par les équipe de la Direction des Affaires Maritimes

• 10 heures 22 : La DPMA annonce la fin de l’exercice, les écrans anti-pollution sont repliés.


En effet, cet exercice a permis de mesurer la pertinence et de valider le déclenchement des procédures d’urgence. Il a également confirmé la réactivité des différents acteurs, publics et privés, confrontés à ce type de scénario et l’efficacité de la coordination de tous les intervenants sur le plan d’eau. Par ailleurs, il a également validé le rôle d’Ecotank dans la lutte contre d’éventuelles pollutions sur le chantier. Enfin, cet exercice a permis de tester l’efficacité des moyens de la lutte anti-pollution sur le plan d’eau et de renforcer la coordination opérationnelle entre les partenaires du chantier.

Notre sélection immobilière

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.