La Direction de l’Environnement participe à la 5ème réunion du groupe de travail sur l'Accord de Paris à Bonn

1 cop Bonn mai 18 DRLa Direction de l’Environnement participe à la 5ème réunion du groupe de travail sur l’Accord de Paris, première étape d'une année cruciale dans la lutte contre le dérèglement climatique. L'objectif de la réunion : élaborer les règles de mise en œuvre de l'Accord qui doivent être finalisées, pour examen et adoption, par la Conférence des Parties à la COP24. Cette dernière se tiendra en décembre 2018 à Katowice, en Pologne.

Dans ce cadre, près de 200 pays, dont la Principauté de Monaco, se retrouvent à Bonn jusqu’au 10 mai 2018. Cette session est consacrée à la poursuite des travaux sur l'élaboration des règles de différents volets : 
 
- nouvelles lignes directrices pour les contributions nationales ;

- nouvelles lignes directrices sur l'adaptation

- modalités, procédures et lignes directrices concernant le cadre renforcé de transparence

- bilan mondial

- modalités et procédures visant à assurer le bon fonctionnement du comité pour faciliter la mise en œuvre et promouvoir le respect de l'Accord.
 
La réunion est également consacrée à la poursuite de la phase préparatoire du « Dialogue de Talanoa », terme employé dans les îles Fidji pour qualifier un dialogue qui permet de faire naître la confiance par l'empathie et la compréhension.  
 
L'Accord prévoit un premier bilan mondial en 2023 mais la communauté internationale encourage les États à présenter des engagements révisés d'ici 2020.  
 
Pour que l’Accord de Paris soit mis en œuvre concrètement, de nombreuses décisions sont attendues à la COP24. L’Accord mentionne des principes et des objectifs généraux ; il s’agit donc d’établir un ensemble de règles applicables et détaillées sur la base de ces principes, pour :
 
 harmoniser le contenu et le calendrier des contributions nationales des États  organiser le bilan quinquennal mondial des efforts de réduction des émissions de GES  établir le cadre de transparence et de contrôle  structurer les mécanismes de coopération internationale et de solidarité financière.  
Ces nombreux points techniques doivent être décidés, courant 2018, pour faciliter ensuite le dialogue politique entre les États. 

Pour rappel, afin que l’Accord de Paris devienne opérationnel dès 2020, la COP24 se doit de faire aboutir deux processus en 2018 : la définition de toutes ses règles de fonctionnement et le premier bilan des efforts annoncés par les États.
 
La question du climat fait désormais l’objet de discussions à travers le monde pour accélérer la prise en compte du risque climat par le secteur économique, industriel et financier. Sommets et conférences, groupes de travail de haut niveau, initiatives sectorielles et publication de rapports se multiplient. Tous concourent à inciter les investisseurs et entreprises à réduire l’empreinte carbone liée à leurs activités.
 
Plus d’informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Notre sélection immobilière

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.