Lutte contre le paludisme à Madagascar

Centre PaludismeMadagascar - Inauguration du Centre National de Lutte contre le Paludisme

Le 6 juin 2013, a été inauguré, en présence de représentants de la Principauté de Monaco, de la République de Madagascar et de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Madagascar, le Centre National de Lutte contre le Paludisme financé par le Gouvernement Princier.

Le soutien de la Coopération monégasque à la lutte contre le paludisme à Madagascar a débuté il y a une dizaine d'années avec un programme d'appui aux Services Sanitaires de l'Ile de Sainte Marie, en partenariat avec la République de Madagascar et l'OMS.

 

Les résultats très encourageants de ce projet (le taux de prévalence des enfants a chuté de plus de 55% en seulement deux années) ont mené à la construction du Centre National de Lutte contre le Paludisme, dans la capitale, afin de pouvoir agir à l'échelle du pays qui compte plus de 21 millions d'habitants.

Avec plus de 800 m² et une centaine de techniciens, l'établissement regroupe toutes les activités de lutte contre le paludisme (recherche, documentation, formation, surveillance, études ...), ce qui en fait un centre névralgique des activités menées par le Ministère de la Santé et ses partenaires et un programme pilote dans toute la sous région.

Au delà de la prise en charge de la construction, d'une partie des équipements et des frais de fonctionnement, le Gouvernement Princier a mis à disposition une biologiste, Volontaire International de Monaco, pour accompagner la mise en place du centre entre 2010 et 2012.

Ce partenariat étroit entre le Ministère de la Santé malgache, l'OMS et le Gouvernement Princier a guidé le processus mené à présent à l'échelle de 8 pays au travers du programme visant « l'accélération de la lutte contre le paludisme jusqu'à sa pré-élimination en Afrique Orientale et Australe à l'horizon 2015 » soutenu depuis 2010 par la Coopération monégasque.

L'ensemble de ces actions a permis de contribuer à la diminution de 20 % du nombre de décès dus à cette maladie, avec des avancées majeures dans les pays africains durement touchés (généralisation de l'utilisation de moustiquaires imprégnées, amélioration de l'accès aux traitements).

Légence photo (de gauche à droite) : Dr Luciano Tuseo, OMS ; Lionel Schutz, Secrétaire Général du Département des Relations Extérieures de Monaco ; Niry Rabemanolontsoa, Vice-Consul de Monaco ; Dr Jhanita Ndahimananjara, Ministre de la Santé publique de Madagascar ; Dr Celine Seigon, Représentant Résident de l'OMS pour Madagascar et l'Ile de la Réunion.

Notre sélection immobilière

Nous utilisons les cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.